La fraude bancaire impacte directement l’activité des commerçants. Le montant des fraudes réalisées sur les moyens de paiement dépassait 700 millions d’euros en 2017. Heureusement les nouveaux modes de règlement sont de plus en plus sécurisés et permettent donc de réduire le risque d’impayés pour les commerçants.

La carte bancaire, le mode de paiement préféré des français

La majorité des achats effectués dans les commerces sont réglés par carte bancaire. Le développement du paiement sans contact avec l’augmentation du plafond d’achat à 30 € n’a fait qu’amplifier ce phénomène. Il est aujourd’hui indispensable pour un commerçant de disposer d’un ou plusieurs terminaux de paiement électroniques pour accepter ce mode de paiement. Sans cela, il prend le risque de manquer des ventes. En effet, les français utilisent de moins en moins les espèces pour régler.

La fraude à la carte bancaire reste encore d’actualité. Elle représentait plus de 350 millions d’euros en 2017. Néanmoins, le taux de fraude sur les paiements effectués par carte bancaire est en baisse alors que le nombre de paiement par CB augmente.

Le chèque, la bête noire des commerçants

Le moyen de paiement le moins sécurisé reste le chèque. Pourtant les français restent attachés à ce mode de paiement. Bien qu’il soit de moins en moins utilisé, on observe une hausse de la fraude aux chèques bancaires et une augmentation des chèques impayés. Or la procédure pour se faire rembourser d’un chèque sans provision est longue pour un commerçant.

Il est toutefois possible de refuser les paiements par chèque dès lors que le client en soit préalablement informé de façon claire et explicite. On conseille généralement d’installer une pancarte soit à l’entrée du commerce soit au niveau des caisses.

Les paiements en ligne

Le développement du commerce en ligne a nécessité la mise en place de moyens de paiement de plus en plus sécurisés. Les règlements par carte bancaire nécessitent une double authentification, généralement par SMS. Des plateformes de paiement décentralisées se développent également.

Le prélèvement et le virement sont aussi de plus en plus plébiscités car ils sont considérés comme des modes de règlement sûrs, à la fois par les particuliers et par les professionnels.