La période de confinement a touché de plein fouet l’activité de nombreux commerces. Certains ont pu maintenir leurs commerces ouverts car ils vendaient des produits considérés comme essentiels. Mais un grand nombre d’entre eux ont été contraints de fermer et donc de stocker leurs articles en vente. Certains commerces se prêtaient à la mise en place de prestations de vente à emporter. C’est notamment le cas des restaurateurs que JDC a accompagné (et continue d’accompagner) avec l’application Foxeat. Maintenant que le déconfinement est en marche, il est essentiel pour les commerçants contraints à la fermeture d’attirer de nouveau les clients au sein des boutiques afin d’écouler le stock qu’ils n’ont pas pu vendre durant ces derniers mois. Le drive-to-store est un des leviers sur lequel ils peuvent s’appuyer pour cibler une clientèle qualifiée, c’est-à-dire qui va entrer dans le magasin avec une réelle intention d’acheter.

Drive-to-store, Web-to-store, Click & Collect : quelles differences ?

Longtemps opposés, le commerce en ligne et le commerce physique ne cessent de se croiser à l’aide de ponts tels que le web-to-store, le click and collect et même le drive-to-store. Mais il ne faut pas confondre tous ces principes qui peuvent partager certaines zones d’action sans toutefois être équivalents.

Le drive-to-store consiste à atteindre un client sur son mobile, sur ses réseaux sociaux, sur son pc et à le faire venir dans le magasin avec l’optique d’acheter. Si on prend cette expression dans son sens littéral, elle vise à amener un conducteur dans un magasin. C’est le rôle des publicités ou des annonces sur les applications GPS par exemple. La géolocalisation est au cœur du drive-to-store qui s’est étendu à toutes les applications mobiles mais aussi à la consultation d’internet sur PC. C’est à ce moment-là qu’il peut avoir des connexions avec deux autres concepts : le web-to-store et le click and collect.

Le premier consiste à intégrer le fait que les clients ont généralement une phase de recherche sur le web avant de choisir tel ou tel produit ou tel ou tel commerce. Il convient donc d’être présent sur internet et de mettre en place des dispositifs pour amener l’internaute à se rendre dans le magasin. Parmi les dispositifs possibles, se trouve le Click and Collect. Le client commande en ligne et récupère sa commande en magasin où il pourra être tenté par des achats complémentaires.

Le web-to-store et le drive-to-store sont donc des notions assez proches. La principale différence est dans la géolocalisation et le ciblage géographique du client.

Pourquoi le drive-to-store doit-il être intégré par les commerçants ?

Les habitudes d’achat évoluent. Bien que la majorité des français préfèrent réaliser leurs achats en magasin, la place du web et des applications mobiles est croissante. Mais ces derniers sont souvent utilisés en amont de l’acte d’achat. Le but est donc de s’en servir comme des leviers pour faire venir le client en boutique.

Dans la période actuelle, les déplacements en magasin restent réduits malgré le déconfinement. La majorité des clients se rendent en magasin non plus pour flâner mais avec une idée précise de ce qu’ils veulent. Or la plupart du temps cette idée précise est le résultat d’une recherche sur le web, de l’utilisation d’une application mobile, etc. Il est donc important pour un commerçant d’intégrer cela dans son marketing en étant présent sur les réseaux sociaux, en ciblant le référencement local, en recherchant des campagnes ciblées, etc.