Depuis le 30 octobre dernier, la France connait son deuxième confinement. Cette annonce a contraint les commerces considérés comme non-essentiels à fermer. Cette fermeture a engendré des plaintes de la part des commerçants indépendants qui se sentent lésés face aux grandes surfaces et aux géants d’internet. Lors d’une interview le 1er novembre, le Premier Ministre, Jean Castex, a confirmé que cette fermeture s’appliquerait pendant au moins 15 jours, voire plus en fonction de l’évolution de la situation. Néanmoins, pour ajouter plus d’équité dans cette mesure, les grandes surfaces devront également fermer leurs rayons non-essentiels à compter du 3 novembre.

Comment les commerces non essentiels, déjà affectés par un premier confinement, peuvent faire face à ce reconfinement ? Voici quelques conseils pour conserver le contact avec les clients et, lorsque cela est possible, maintenir un minimum d’activité.

Mettre en place de la vente à emporter

Les activités de livraison et de vente à distance sont toujours autorisées pour les commerces non essentiels. Il est donc possible de mettre en place un service de vente à emporter comme l’ont fait de nombreux restaurateurs durant le premier confinement.
Cela s’applique également aux fleuristes, aux magasins de vêtements mais aussi aux coiffeurs qui peuvent vendre des kit racines ou des produits coiffants.
Pour cela, il faut organiser la prise de commande de façon pratique. Inutile de multiplier les moyens de contact. Il convient de privilégier un ou deux canaux de prise de commande afin de ne pas s’éparpiller et de ne manquer aucun message.
Le paiement sans contact doit être privilégié pour réduire les interactions au minimum. Le plafond a d’ailleurs été relevé à 50 euros. Les terminaux de paiement électroniques ont directement été mis à jour par les banques pour les commerçants qui acceptaient déjà ce mode de paiement.

Proposer des bons cadeaux

La vente de bons cadeaux est également un excellent moyen de générer un chiffre d’affaires durant cette période de confinement. Ces derniers peuvent être envoyés numériquement ou par courrier. Ils peuvent aussi être retirés sur place.
Les commerçants peuvent, au choix, proposer des bons cadeaux portant sur des produits ou des prestations spécifiques ou des chèques cadeaux avec un montant à dépenser.
Ces bons cadeaux seront particulièrement appréciés des clients qui veulent soutenir leurs commerces de proximité. A l’approche des fêtes de fin d’année, ils peuvent également faire d’excellents cadeaux de Noël.

Communiquer sur les réseaux sociaux

On peut également s’appuyer sur l’expérience du premier confinement qui a montré l’importance des réseaux sociaux lorsque les gens sont confinés chez eux. Ils permettent aux commerçants de montrer aux clients qu’ils sont toujours là, de communiquer sur leurs nouveaux services (vente à emporter, vente en ligne, bons cadeaux), de maintenir un lien avec leur communauté.