Le 19 mai dernier, les magasins de prêt-à-porter ont rouvert leurs portes et pu accueillir à nouveau des clients. Des mesures sanitaires ont été mises en place pour que cette réouverture se fasse dans les meilleures conditions : sens de circulation, gel hydroalcoolique à l’entrée du magasin, port du masque obligatoire, paiement sans contact privilégié, protection des zones de caisse, mise en place de jauge pour permettre l’accès à la boutique, etc. L’un des moments les plus encadrés au niveau sanitaire lors de l’achat d’un vêtement est le paiement. Les magasins disposent de TPE acceptant le paiement sans contact. Certains ont installé des monnayeurs de caisse. Mais un autre moment semble avoir été oublié et reste un point sensible : l’essayage des vêtements. Peut-on utiliser les cabines d’essayage ? Quel protocole doit être mis en place ? Cet aspect n’est, pour l’instant, pas traité dans les différents documents officiels.

Absence de directives officielles

Certains magasins ont opté pour une fermeture des cabines d’essayage : le client essaie chez lui et peut ramener le ou les vêtements dans un délai donné et recevoir soit un avoir soit un remboursement. Mais d’autres magasins ont choisi de conserver les cabines d’essayage ouvertes.

Les documents remis par le Ministère du Travail n’indiquent pas le protocole à suivre pour les essayages de vêtements. Dans la fiche « Protocole sanitaire renforcé pour les commerces », une seule mention est faite des cabines d’essayage. Il est indiqué que ces zones considérées comme des espaces de regroupement doivent être adaptées, limitées ou supprimées. L’objectif est de limiter les files d’attente et les risques de contamination.

Le protocole mis en place diffère selon les magasins

Les commerces qui ont choisi de maintenir les cabines d’essayage ouvertes ont leur propre protocole pour tenter de répondre au mieux aux exigences sanitaires. Certains n’ont ouvert qu’une cabine sur deux. D’autres désinfectent tous les vêtements essayés et non achetés avant de les remettre en rayon. Une combinaison de ces deux mesures apparait comme une solution idéale, ajoutée à une limitation des articles pouvant être essayés en cabine.

Il convient également de rappeler aux clients que le port du masque reste obligatoire même dans la cabine d’essayage. Malheureusement, il n’est pas possible pour les employés de vérifier ce point, une fois le rideau tiré ou la porte fermée. Du gel hydroalcoolique peut également être mis à disposition à l’entrée de la zone d’essayage.

Lorsque les cabines sont fermées, les clients essaient les vêtements chez eux. Si ces derniers ne conviennent pas, ils peuvent les rapporter en échange d’un avoir ou d’un remboursement selon les modalités définies par la boutique. Il est important que les vêtements ainsi rapportés soient désinfectés ou mis en quarantaine quelques heures avant d’être remis en rayon.