Les soldes d’été 2022 se sont finies le 19 juillet dernier. Mais, dès le 18 juillet, le syndicat des indépendants et des TPE publiait sur son site les résultats d’une enquête flash réalisée auprès de 654 commerçants. Les chiffres publiés montrent que pour 68 % des commerçants, ces soldes d’été s’achèvent sur une note de déception. En effet, on constate une baisse du chiffre d’affaires par rapport à 2019, prise comme année de référence en raison de la crise sanitaire qui a perturbé les soldes 2020 et 2021. JDC S.A., votre partenaire en solution de paiement et en équipement de caisse, vous propose un bilan de cette enquête.

Une baisse du panier moyen

Les mauvais résultats des soldes d’été 2022 ne sont pas attribuables selon cette enquête à une baisse de fréquentation. En effet, seul un tiers des commerçants interrogés a noté une baisse de fréquentation. D’ailleurs, les chiffres montrent que les clients se sont équitablement répartis entre les achats en magasin, les achats en ligne et un mix des deux.

La déception vient principalement de la baisse du panier moyen pour 64 % des commerçants interrogés. Pour ces derniers, ils énoncent une perte du chiffre d’affaires allant de – 10 à – 40 % par rapport aux chiffres de 2019.

Les raisons d’une telle baisse

Plusieurs éléments peuvent expliquer la baisse du panier moyen lors de cette période de soldes :

  • Le contexte actuel : la guerre en Ukraine ainsi que la situation économique affaiblie par la crise sanitaire ont entrainé une inflation au niveau des prix et donc une baisse du pouvoir d’achat. Par ailleurs, les foyers ont tendance à économiser pour faire face aux futures dépenses.
  • Trop de promotions tout au long de l’année : les soldes ont-elles encore vraiment un sens ? Avec le Black Friday, le Cyber Monday, les French Days, les opérations anniversaire, etc., les clients bénéficient de promotions tout au long de l’année. Les soldes ne sont plus le moment tant attendu pour faire des affaires. Celles-ci peuvent être réalisées tout au long de l’année et sont parfois mêmes plus intéressantes.
  • La concurrence des grandes enseignes : ces dernières peuvent casser les prix car leur modèle économique repose sur la vente d’une grande quantité de produits avec une faible marge alors que le commerçant classique doit s’assurer une marge suffisante.

Quelles sont les pistes proposées par le syndicat des indépendants et des TPE ?

Le syndicat des indépendants et des TPE s’inquiète des conséquences de cette baisse du chiffre d’affaires sur les revenus des commerçants qui sont souvent des travailleurs indépendants ou des gérants de TPE. L’enquête laisse d’ailleurs entrevoir une baisse de 20 % de leurs revenus. Pour pallier à cela, le syndicat des indépendants et des TPE propose un gel des loyers ainsi que l’interdiction de faire supporter le paiement de la taxe foncière normalement due par les propriétaires aux locataires des fonds de commerce.